Ses inventions


Méthode Coda-Mot ... Scène mobile pour comédiens non-voyants



 
  Méthode Coda-Mot .(Éditions Voies Livres, 2000)


En 1993, il créé la méthode Coda-Mot. Avec cette méthode, on apprend à se familiariser avec la musicalité d'un texte, en modulant correctement le débit, en marquant des pauses placées de manière stratégique et en variant les intonations. On peut l'employer sur toutes sortes de textes (des poèmes, des discours de société, ou même encore l’Évangile !) car elle s'avère utile pour les personnes monocordes qui ont tendance à endormir leur entourage. À l'école, elle peut aussi se montrer efficace pour familiariser les enfants avec les syllabes des mots…

(En vente par correspondance chez Voies Livres Défi Langues, 22, rue St Cyr, 69009 Lyon. Tel : 04 78 83 53 83)


...«Celui ou celle qui écrit des contes, des poésies sera peut-être invité(e) à les lire en public dans le but de vendre ses propres oeuvres. Pour cela, il (elle) doit disposer d'une méthode, car son interprétation personnelle ne suffira pas. La méthode Coda-Mot répond aux besoins du lecteur débutant : elle a été conçue par un ancien du cours René Simon.» (L'Autoédition, juin 2000)

 

 
 
...«C’est au Liban, en 1993, que Guillaume de Louvencourt, alors volontaire bénévole, a mis au point la méthode Coda-Mot.
..."Un élève, raconte-t-il, avait un problème de lecture et d’élocution. Il était un peu retardé mentalement et tout le monde le prenait pour l’idiot du village. Il me fallait un truc pour l’aider à dépasser son handicap et à prendre confiance en lui. Je voulais montrer aux autres qu’il n’était pas aussi idiot qu’ils le disaient."
...En apprenant à déclamer de la poésie, à capter son auditoire, le garçon a été réhabilité aux yeux des habitants. Ainsi est né le Coda-Mot […]» (Benoît de Sagazan, Le Pèlerin Magazine, juin 2000)
 
..."Au Liban, certains de mes élèves avaient des problèmes de lecture dûs à des traumatismes de guerre." Ancien élève du cours Simon, actuellement professeur de théâtre en Vendée, et à cette époque volontaire bénévole, le Gencéen Guillaume de Louvencourt avait alors eu l'idée d'inventer une méthode pour apprendre à lire le conte et le poème : le "Coda-Mot".
...Elle est aujourd'hui publiée aux éditions "Voies Livres" et est déjà utilisée par une association parisienne d'auteurs auto-édités. "Avec, on apprend vraiment à lire comme les comédiens" assure Guillaume de Louvencourt. "C'est une méthode que tout le monde peut apprendre chez soi sans professeur, explique son auteur. C'est une sorte d'auto-formation." Des contes, des poèmes, jalonnés de symboles. "Chaque symbole a une fonction précise. Un rond noir pour une intonation aiguë. Un carré noir pour une intonation grave… Ça fait comme une partition musicale. C'est une sorte de solfège du langage." Un solfège dont l'apprentissage permet, au final, de donner aux mots toute leur musique…» (Centre-Presse, juillet 2000)
 
...«Bon sang ne saurait mentir ! Guillaume de Louvencourt est prince sans en avoir le titre. Un roi mage même pour ce jeune Libanais frappé d'un lourd problème de lecture et d'élocution à qui il a appris à déclamer de la poésie, donc à capter son auditoire, et de ce fait revalorisé auprès de son entourage. Pour l'aider, Guillaume de Louvencourt a fait appel à ses maîtres du cours Simon et de l'École Supérieure du spectacle de Paris.
...
Le comédien professionnel et professeur de théâtre a inventé une méthode : le Coda-Mot. "Une technique pour travailler le débit de la voix" dit-il, revenu du pays du Cèdre, maintenant installé aux Sables d'Olonne (Vendée). Intuitivement, il a créé une sorte de solfège de la langue. Six symboles, placés sous les mots, permettent au lecteur d'utiliser les pauses, de jouer avec les intonations et de moduler le débit d'un texte. Un jeu d'enfant ! "C'est facile comme bonjour", souligne-t-il. En plus de la méthode Coda-Mot, l'apprentissage redonne une musicalité à des poèmes qui, autrement, eurent été mis en charpie. Rimbaud, Verlaine… lui disent merci !» (Bertrand Bussière, L'Aisne nouvelle, août 2000)
 
..."Je me suis battu pour ces jeunes. J'étais convaincu que si je leur faisais faire du théâtre, leurs notes en français et en maths remonteraient."
...Et ça a marché. Pour que le plus faible d'entre eux, qui était la risée de tous, ne soit pas de reste, Guillaume invente alors une méthode de lecture toute simple, sorte de solfège des mots, à base de symboles dessinés sous les phrases, pour apprendre à poser sa voix, à placer les bonnes intentions sur les mots, à capter un auditoire. Le petit Libanais accroche avec le principe, époustoufle le public le jour du spectacle, est réhabilité.[…]
...
Guillaume revenu en France peaufine le principe, l'appliquant aux élèves de son cours de théâtre, et aux enfants d'un centre d'accueil pour jeunes trisomiques. La "méthode du Coda-Mot, pour lire le conte et le poème" est née ! Depuis, elle fait son chemin pour les usages les plus diversifiés […]» (Sabine Chevallier, Famille chrétienne, septembre 2000)
 
...«Coda-Mot. Derrière ce nom énigmatique se cache une méthode pour lire un conte et un poème, inventée par un professeur de théâtre, Guillaume de Louvencourt. La méthode comporte six symboles qui, placés sous les mots, apprennent au lecteur à se servir des intonations et à moduler le débit d'un texte.» (Céline Faucon, Rebondir Idées, automne 2000).




...

Scène mobile pour comédiens non-voyants

En 2001, c’est au tour de la Scène Mobile pour comédiens non-voyants. Cette invention leur permet de se déplacer dans l’espace en utilisant des repères au niveau plantaire.

Guillaume de Louvencourt obtiendra en 2005 une médaille d’Or du Concours Lépine ainsi que le Prix de la Ville de Poitiers.



Guillaume de Louvencourt et sa médaille d’Or du Concours Lépine

      

...«Le système de la scène mobile, modulable à souhait, est basé sur une idée à la fois simple et originale. Des dalles possédant des revêtements différents sont reliées les unes aux autres par des crochets...
..."Les surfaces différenciées sont des points de repère. Les quatre tasseaux, par exemple, indiquent que la personne doit faire attention, car elle risque de quitter la scène, explique Guillaume de Louvencourt. La personne non-voyante, qui doit avoir des chaussures plates à semelles très souples, voire de grosses chaussettes, peut se déplacer en toute liberté et même entrer seule en scène.
...Plus besoin d’être guidé !" » (Frédérique Planet, Mutualistes, 2001)
 
...«Toujours en quête de créations, il planche, en 1995, sur un nouveau projet, permettant aux personnes aveugles d'aborder le théàtre en toute sécurité. Il se lance dans la fabrication d'un prototype, reposant sur une idée simple et originale. Des dalles modulables, recouvertes de différents matériaux et reliées entre elles, révèlent des codes aux acteurs, munis de semelles souples ou de chaussettes.
...«Quatre tasseaux annoncent le risque de quitter la scène. Une dalle, pourvue de la lettre "c" en braille, signale une chaise face à l'acteur. Les systèmes sonores deviennent inutiles, permettant une plus grande concentration dans le rôle.» (Ouest France, janvier 2002)
 
...«[…] Il crée cette fois une scène mobile qui permet aux acteurs aveugles de se déplacer de façon autonome. «Ce système est constitué de dalles en bois sur lesquelles il y a des repères. Quand les non-voyants marchent sur ce revêtement, ils savent où aller, où s’asseoir et quelle direction prendre. .Pas besoin de canne blanche ! «Guillaume a déposé son brevet en 2001. Mais surtout pas pour satisfaire des ambitions commerciales. «Je ne voulais pas me faire de l’argent sur le dos des handicapés», explique-t-il. […]» (Nicolas Bohbot, Centre Presse, 2003)
 
...«Si pour faire de la musique, être non-voyant n'a jamais constitué un handicap rédhibitoire (Ray Charles, ou encore Gilbert Montagné, en sont la preuve éclatante), il n'en est pas de même pour ce qui est de jouer la comédie !
...Au théâtre en effet, l'impossibilité de se repérer visuellement dans l'espace est un obstacle presque infranchissable pour évoluer sur les planches. Eh bien, aujourd'hui, grâce à Guillaume de Louvencourt, un grand pas vient d'être fait en ce domaine !
...En effet, ce professeur de théâtre a mis au point un procédé tout simple, qui permet enfin aux comédiens non-voyants de se mouvoir sur scène sans aucun risque […]» (Olivier Bauman, France Dimanche, février 2004)
 


Autres médias ayant parlé de ces inventions :

Actualités Sociales de Poitou Charentes, Les Sables Journal, RCF National, Europe 2, France Bleu Poitou, Vendée Matin, France Bleu La Rochelle, France Bleu Côte d'Azur, France 3, RFM, Chaîne Direct 8, Chaîne Demain !, L'Écho de l'Ouest…